Valoriance : Comment ressourcer les forces vives de nos entreprises en sortie de confinement

L’innovation humaine est un impératif pour sortir plus fort des altérations que cette période de confinement sans précédent a généré. Nos forces vives ressourcées par nos innovations humaines seront les premières à revenir sur nos marchés de produits et services. Nous retrouverons ainsi notre épanouissement individuel et collectif…

Nous sommes, des mammifères avant d’êtres humains. A l’instar d’animaux sauvages et même domestiques, le confinement crée une souffrance. Essayez de ne plus sortir votre chien pas seulement pour ses besoins mais afin qu’il gambade et se dégourdisse les pattes. Tentez de confiner votre chat s’il est habitué à sortir et vous constaterez rapidement qu’ils vont développer des pathologies physiques et du comportement.

Ressourcer notre vision

L’être humain est grégaire c’est-à-dire qu’il a tendance à vivre en troupeau et à adopter des comportements semblables aux autres. Un de ses besoins fondamentaux consiste à se réunir physiquement ce qui n’est pas compensé par le meeting à distance qui nous coupe de nos ressentis physiologiques. La privation de liberté, a fortiori fondamentale (se déplacer librement) met la plupart d’entre nous en défaut d’équilibre. Or l’équilibre, ainsi que nous l’avons démontré dans un précédent article, est LE fondamental de la vie. Ceci sous-entend qu’attaquer nos 3 bases d’équilibres (physiologiques, psychologiques et relationnels) de façon séparée ou ensemble revient à nuire à nos vies, donc à nos organisations.

Par exemple, à propos de l’affaire qui oppose le Pr Raoult à certains dirigeants d’Etat et hauts fonctionnaires, apprendre le manuel par cœur et l’appliquer sans âme appartiennent désormais à l’histoire, au passé. Nos entreprises et les français en général ont besoin de retrouver la confiance dans une autorité d’ascendant non ethnocentrique (querelles d’EGO, corporatismes). Une autorité rassurante, fondée, équilibrée, créative, sage et surtout bienveillante. A chaque dirigeant d’en faire son panache afin que nous facilitions le retour au travail dans des conditions motivantes, humaines, efficientes.

Lorsque l’on relâche un animal longtemps en cage, il est rare, trop content de retrouver sa liberté, qu’il agresse son geôlier. Concentrons-nous, loin de toute haine et vengeance sur la reconstruction humaine et économique de nos entreprises. Soyons sûrs que le boycott est une arme bien supérieure à l’attaque. A fortiori pour des EGOS surdimensionnés qui ne peuvent vivre si on les ignore…Coluche était précurseur dans ce domaine avec cette phrase « Quand je pense qu’il suffirait de ne plus acheter pour que ça ne se vende plus ! ».

Evaluer notre situation

Le confinement  est un stresseur majeur. Il crée donc chez la plupart des êtres humains une tension, un stress de fond qui peut avoir soit des répercussions corporelles (symptômes divers immédiatement visibles ou à retardement) mentales (agitation cérébrale négative qui nuit au sommeil, difficultés de concentration, raisonnements courts, décisions faussées….) ou et relationnelles (agressivité, intolérance, volonté de pouvoir, vengeance, haine…). Comme chez les animaux, l’enfermement nous ramène à leur niveau d’instinct d’échapper à la contrainte. Ajoutez à cela certains médias anxiogènes en boucle et nous obtenons un cocktail très pathogène dont les répercussions peuvent être visibles à court, moyen et long terme. Elles peuvent être explicites ou implicites ce qui nécessite d’être attentifs aux signaux faibles. L’enjeu consiste à anticiper les perturbations sociales et individuelles.

Jamais dans notre histoire nous n’avons été confrontés ni individuellement ni dans nos entreprises et nos organisations à une telle situation. Cela signifie, avec toute l’humilité nécessaire dans l’esprit scientifique, que personne n’est capable de prévoir exactement ce qui se passera au dé confinement et les mois suivants. Il existe un risque majeur de stigmates chez nos collaborateurs. Ceux-ci impacteront leur santé, leur motivation et leur efficience. Tant du point de vue économique qu’humain, individuel et collectif, nous ne pouvons qu’être vigilants et prêts à répondre aux sollicitations si ce n’est à les prévenir pour ne pas prendre le risque qu’elles soient silencieuses.

Ceci nous impose une stratégie des Ressources Humaines inédite et adaptée tant aux cas individuels qu’au collectif de nos entreprises qui ne sont que la somme de nos équilibres/déséquilibres individuels impactés par la situation.

Bâtir une stratégie innovante

Indubitablement, le développement de nos entreprises repose sur la santé donc l’équilibre de leurs collaborateurs qui est malmené fondamentalement dans cette période. Cette situation nouvelle nous oblige à prendre en compte l’ensemble des paramètres qui composent la santé individuelle. Nous parlons alors de Santé Globale Entreprises. Personne ne peut nier que nos trois bases d’équilibre, corps, mental et relations sont étroitement liées et que toute attaque de l’une de ces bases atteint le plus souvent les deux autres donc notre équilibre fondamental. Ne traiter qu’une partie des trois revient à n’effectuer un contrôle technique automobile que sur la partie moteur en oubliant, par exemple le freinage ou le châssis etc…Personne n’effectuerait un tel contrôle technique bâclé au risque de mettre la vie en danger. Il en est de même avec l’être humain dont l’ensemble des paramètres afférents à ses 3 équilibres fondamentaux est bien plus complexe qu’une simple auto mécanique.

L’ensemble de ces interactions sera notre priorité stratégique.

Afin de réellement prendre en compte l’ensemble de ces paramètres et leurs interactions une nouvelle stratégie RH s’intéressera à prévenir comme à traiter les déséquilibres individuels par des moyens innovants. Le diagnostic et le curatif feront appel à des équipes pluridisciplinaires coordonnées. Nous parlons d’un nouveau métier de chef d’orchestre des facteurs humains.

Nouveau métier, parce que de nos innovations diagnostiques et thérapeutiques dépendront sans nul-doute l’adaptation, la réactivité individuelle et collective. Elles bâtiront le socle solide et efficient de l’entreprise 3.0 aux valeurs humaines inscrites dans une Responsabilité Sociétale d’Entreprise structurelle plus que déclarative.

Dans un prochain article, je vous proposerai une étude de cas concrets…

Prenez soin de vous, des vôtres et des forces vives qui conduisent vos missions.

Jean-Christian Wilmes Co-fondateur Valoriance

Généraliste de Santé Globale Entreprises®

Professeur de Santé Globale Entreprises Institut Magellan Paris

http://www.sante-globale-entreprise.fr

© Copyright Valoriance 2020